/, Voyage, Formation/2016 – Inde – Dehradun & Rishikesh (mars)

2016 – Inde – Dehradun & Rishikesh (mars)

Langue / Language : frFrançais enEnglish

11/3/2016 – Navdanya, la ferme école

J’ai découvert l’association Navdanya en 2007 en regardant undocumentaire qur Arte, à mon retour de mon voyage en Inde au moment ou je cherchais des associations serieusement engagées dans le developement durable et responsable, car je montais mon association Paralbol. L’année dernière j’ai assisté à une conférence de Vandana Shiva lors du festival de yoga de Rishikesh, elle a invité les participants à visiter sa ferme, aujourd’hui j’y suis. La ferme produit et protège un patrimoine de 150 variétés de graines, elle eduque et forme les agriculteurs à la biodiversité, l’agriculture naturelle et biologique, elle les aide à devenir auto suffisantes. Je suis ici pour voir, découvrir, apprendre sur les sujets de l’agriculture biologique, l’autosuffisance et sur moi même. Ici il y a des volontaires comme moi qui participent aux diverses activités quotidiennes de la ferme, des groupes de fermiers ou d’etudiants qui viennent suivre des cursus sur mesures, des étudiants en thèse qui viennent étudier sur le terrain leur thématique specialisée. Nous sommes donc un groupe très divers et nous partageons nos expériences et nos savoir en complément de ce que nous recevons des fermiers et scientifiques qui travaillent sur la ferme. Ce que j’apprends ici est inimaginable, cela met tout au clair dans ma tête et dans mon assiette, c’est une approche de terrain, un mode de vie et de développement cohérent. Je suis ravi d’être ici et d’apprendre autant sur ce monde mais surtout sur moi même. Vandana Shiva, de passage quelques jours nous a donné une superbe conférence rence, je suis comblé et convictions sont renforcées et remontées à bloc, j’ai hâte de voir comment je vais pouvoir ajuster mon jardinage à paris et m’impliquer plus dans ce qui se passe près de chez moi. Je pense aussi me réserver du temps pour chercher des structures en France ou je vais pouvoir aller participer à une culture et cueillette de plantes médicinales et aromatiques pour la fabrication d’huiles essentielles sans oublier la culture vivrière du potager. Ce passage s’inscrit vraiment dans la continuité logique de mon parcours. J’ai aussi eu la chance de pouvoir animer des séances de yoga quotidienne. Je vais quitter Navdanya un peu plus tôt que prevu car la seance de formation sur l’ayurveda a été annulée. Je vais aller suivre un enseignement de yoga Iyengar auprès de Usha Devi et retrouver mon ami Jules qui est encore a Rishikesh quelques jours.

 

22/3/2016 – Rishikesh, RV avec le Gange

Les derniers jours à Navdanya étaient sous le signe des orages et de la pluie. Une grosse partie des volontaires étaient partis à Rishikesh et le groupe de Japonais avait aussi plié bagage. La ferme est devenue calme, il ne restait que les employés, moi même, une canadienne et une italienne. Durant ce deux jours, j’ai profité du calme et la pluie et les orages nous ont forcés à rester à l’abri, à lire et à dormir. Pris dans cette ambiance, je ne souhaitais pas voir revenir le groupe de volontaires et je décide donc de quitter la ferme et rejoindre Rishikesh avant leur retour. Le voyage en bus s’est bien déroulé et la pluie qui avait repris à mon départ s’est arrêtée juste avant mon arrivée sur les bords du Gange. J’avais prévu de retrouver mon ami Jules et de prendre une chambre à l’ashram Parmath Niketan ou j’avais séjourné l’année dernière. Arrivé sur place, l’accueil est des plus désagréables, et malgré le fait que de nombreuses chambres sont vides et que mon ami Jules à un lit disponible dans sa chambre, ma demande d’hébergement est refusée. Nous allons déjeuner, puis partons visiter les autres ashrams et hôtels de cette partie de rishikesh, mais je ne trouve rien qui me convienne, mais tout de même des chambres sont libres à tous les niveaux de prix et de confort. Le hasard fait que Jules a rencontré Arbind et sa soeur Rani qui tiennent un salon de massage que je connais bien et une chambre dans le même bâtiment est disponible. Elle est grande, simple, les toilettes et la douche sont communes, mais je suis seul avec seulement le salon de massage comme voisin et le Gange me servira pour me laver, car eau froide pour eau froide, autant se doucher dans le fleuve sacré. Le prix est très correct, la vue et l’accès direct à la partie plage du Gange sont un vrai plus, Rani, son frère Arvind, et leur personnel me font du thé et des fois à manger, l’ambiance est très chaleureuse. Le salon n’ouvre qu’a 9/10h du matin et ferme vers 19/20h, et ils n’habitent pas sur place, je suis donc seul et au calme le soir, la nuit et le matin, le pied total.

En terme d’occupation, je me contente d’un peu d’exercices le matin les jours de pleine forme, car j’ai attrapé un mauvais rhume qui m’a mis à plat ces derniers jours et j’évite au maximum la fraicheur matinale et le vent qui descend de l’Himalaya et balaie tout sur son passage. Je me rends dès que possible sur la plage, il y a aussi quelques jours pluvieux, mais ces derniers jours il fait grand beau. Il y a une petite crique de méditation qui est un peu compliquée à rejoindre, elle est donc peu fréquentée et j’y passe beaucoup de temps à lire, me reposer et me baigner. Je quitte le soleil vers 14hr pour me poser avant de rejoindre le cours de yoga Iyangar de 16hr qui est donné par l’assistante de Usha Devi, une sommité de cette école de yoga. Il s’agit du cours pour débutants et il permet de reprendre au début, les bases ce qui est idéal pour moi, ma pratique et ainsi approfondir et fortifier mon socle physique et mes connaissances anatomiques.

Quand jules était encore à rishikesh, j’avais un peu plus d’activités et nous allions dans divers endroits pour les repas et faisions quelques balades, mais depuis son départ, je me déplace sur un minimum de distance et j’évite au maximum la foule et le bruit. Rishikesh est un endroit très particulier qui est d’une beauté époustouflante, les montagnes où la jungle est luxuriante, le Gange qui est propre, glacé et puissant, le sable si fin et si brillant qui se loge partout et que le vent déplace sans cesse. Les animaux, chiens, vaches et singes, les sadus, les sannyasins, les mendiants, les estropiés, les hordes de touristes indiens et les occidentaux yogis et babas sur leur parcours mystique et fantastique.

Dans quelques jours, je quitterais Rishikesh et m’envolerais plus ou moins directement pour Paris, je ne marquerais pas une escale dans un hôtel standardisé de Delhi ou Mumbai comme cela a été mon habitude lors de mes visites précédentes, je vais donc vivre le choc culturel et climatique de façon abrupte, j’ai hâte de ça. Je suis content de revenir chez moi à Paris, mais l’Inde de Varakala et de Rishikesh me manquera et je compterais à nouveau les jours qui m’y ramèneront.

J’ai des idées et des projets plein la tête pour mes activités à Paris, tant pour le yoga que pour les massages. Je me dois de poursuivre la nouvelle voie que je me suis ouvert sur l’agriculture et l’alimentation. J’espère aller à la rencontre de personnes et de lieux en France ou je pourrais trouver cet équilibre pour des moments courts ou plus longs. J’ai déjà une retraite de yoga prévue dans un lieu ‘alternatif’ de l’est de la France à la fin du mois d’avril, j’ai l’intention d’en trouver d’autres pour les mois de juin, septembre et octobre. Me faire des breaks plus courts, mais plus régulièrement est sans doute ce que j’envisage de tester pour cette nouvelle saison. Si j’arrive à les inscrire dans le cadre de mes activités de yoga et de massage, ce ne sera que plus bénéfique.

Langue / Language : frFrançais enEnglish

By | 2016-12-11T17:30:03+00:00 décembre 9th, 2016|Yoga_fr, Voyage, Formation|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

*