/, Photographie/2015 – Inde – Calcutta – Durga Puja (octobre)

2015 – Inde – Calcutta – Durga Puja (octobre)

Langue / Language : frFrançais enEnglish

23/10/2015 – Calcutta, Durga et moi

Me voici pour la 4e fois à Calcutta, et la première fois pour la fête symbole de la ville, la Durga Pujo. Cette fête de la déesse mère est célébrée dans tout le pays, mais ici plus que dans toute autre ville du monde. Toute la ville est à la fête, parée de lumières, des temples éphémères à chaque pâté de maisons, des cérémonies quotidiennes pendant les 10 jours du festival, mais surtout les 5 derniers jours. Une bonne partie des habitants sont en vacances, tous les services publics sont à l’arrêt. Les festivités se déroulent surtout le soir et la nuit, le métro ne fonctionne pas le matin, mais assure un service toute l’après-midi et la nuit jusqu’a 4hrs, les bus fonctionnent 24/24, les habitants sillonnent les temples et leur art éphémère toute la nuit en plus des cérémonials qu’ils assurent pour leur temple personnel, ils ne dorment donc pas ou peu ou quand ils peuvent, souvent le matin. Pour ma part je préfère me promener dans le calme et la lumière du matin, ce qui me permet d’éviter les foules, les attentes pour les accès aux temples, de profiter de la lumière du matin pour les photos, car je n’aime pas la photographie de nuit. J’ai marché en moyenne 12km par jour, d’après le podomètre de mon téléphone, mes pieds et mes jambes le ressentent un peu, je passe une bonne partie de la journée à me reposer et j’évite aussi la chaleur de l’après-midi. Le soir, il faut se coucher tôt pour assurer le réveil bien avant celui du soleil. Je prends beaucoup de photos, je vais essayer d’en présenter une sélection. J’ai retrouvé les lutteurs et j’ai pu leur donner une copie du livre que j’ai fait sur eux, ainsi que le montant des donations que j’ai reçu pour eux. J’ai refait une séance avec eux et j’ai fait plus de 250 tirages pour eux. Ils sont ravis et moi aussi. J’ai plus de facilité avec les personnes des bidonvilles et certains mendiants, et j’ai un peu craqué en faisant divers petits cadeaux à certains enfants et familles et pour certains que je sais retrouver j’ai fait des photos et des tirages pour eux. J’ai failli me faire initier a la lutte et au bain dans le Gange, mais je leur ai expliqué que cela serait dangereux pour ma santé, ce qu’ils ont du mal à comprendre, car ils se lavent les dents et la bouche avec cette eau chargée en tout, vraiment tout. Au niveau du logement, je loue un appartement de 4 /5 pièces en RDC d’une très belle maison ancienne au travers de AirBNB, c’est bien plus cher qu’un hôtel pour touriste de base, le même prix qu’un hôtel moyen/bien et j’ai bien plus de confort et de liberté. Le quartier est assez chic, assez central, à 5 minutes à pieds du métro, c’est parfait. Le festival s’est terminé aujourd’hui vendredi, mais les deux prochains jours seront encore remplis d’émotions avec la dépose des grandes idoles prévues dimanche. Les habillages des rues et certains des temples éphémères commencent à être démontés. Les autres déesses seront célébrées pendant encore quelques semaines avant Diwali, qui est dans 3 semaines, je pense. Certains des temples éphémères (les plus petits) seront utilisés pour accueillir ces déesses qui se succéderont (lakhsmi, saraswati et Kali). La frénésie du festival va s’estomper, la vie normale devrait reprendre dès demain, mais surtout lundi. Je repars pour Bangkok mardi soir, j’ai encore quelques jours pour profiter de journées moins remplies et plus posées, ce qui est parfait, car je ne dois pas revenir trop fatigué. Ce qui est sur c’est que mon amour pour cette ville et ses habitants ne faiblit pas, bien au contraire, ensuite la question de revenir dépendra surtout du ‘pourquoi faire ?’. L’avenir me le dira, pour l’instant je profite de chaque moment, chaque émotion que je vis et que je ressens, de chaque regard que je croise et rencontre que je fais, et j’en fais. Cette ville malgré la vraie difficulté des conditions de vie pour beaucoup de personnes, est une source d’inspiration et d’humilité, certaines choses peuvent être difficiles à voir, mais il faut regarder la vérité en face, les gens droit dans les yeux et donner un sourire, une parole, une attention, qui est rendue à égal avec douceur et sincérité. Merci Calcutta.

Langue / Language : frFrançais enEnglish

By | 2016-12-11T18:16:58+00:00 décembre 7th, 2016|Voyage, Photographie|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

*