/, Voyage/2011 – Inde – De rishikesh à Calcuta (janvier)

2011 – Inde – De rishikesh à Calcuta (janvier)

Langue / Language : frFrançais enEnglish

Semaine 7 – Parc Corbett, Ramnagar

Ce dimanche, je suis parti de Rishikesh avec Nadesen et Hainoa direction Haridwar en bus. Halte déjeuner en face de la gare pour attendre le départ de nos trains respectifs. J’ai donc pris le train en classe Sleeper puis seconde assise pour Ramnagar après un changement à Moradabad. Bon petit voyage de 4 heures sans grands encombres avant d’arriver à Ramnagar ou j’ai été récupérer par le chauffeur de l’hôtel que j’avais réservé pour ces deux jours / trois nuits au parc national de Corbett. Ici aussi le climat est froid, mais en plus l’humidité est au rendez-vous et les brumes matinales sont glaciales. En ce qui concerne lhebergement, j’avais opté pour une tente standing, mais les draps étant humides j’ai demandé à changer et j’ai été ‘upgrader’ en cottage, pas plus chaud, mais moins humide. Ce lundi matin départ pour mon premier safari à 7h avec un couple d’Indiens et leur ami irlandais. Kevin. L’Indienne s’appelle Ekta et est pure souche de Delhi et l’hôtel appartient en fait à son Oncle, son mari, Anil est British, mais d’origine indienne est présentateur sportif sur une chaine du câble de Delhi qui diffuse en anglais, il ne parle pas très bien le Hindi. Nous voilà donc partis pour trouver du tigre, mais malgré les connexions et l’enthousiasme débordant d’Ekta, nous ne verrons que des oiseaux, des biches, des daims, des traces de pas et des crottes de tigre et d’éléphant. Le lendemain, une zone différente, Gillian une prof des iles Shetland, en congé sabbatique et voyageant de par le monde et participant à des projets d’études de l’ONG ‘EarthWatch’ nous a rejoint, mais rebelote, aucun tigre en vue. Nous sommes même partis pour une balade à pied de deux heures dans la forêt, mais à part quelques singes, des paons au loin, une carcasse de vautour, une biche, aucun tigre à l’horizon. Le paysage est sympa, mais je préfère de loin le cadre et le volume de la faune de Ranthambore au Rajasthan ou celui de Periyar au Kerala.

mercredi 19 janvier 2011

Semaine 7 – Lucknow – Un autre monde

Ce mercredi matin, je quitte l’état de l’Uttarkhand pour celui de l’Uttar Pradesh et sa capitale Lucknow. Le train que je prends à Morradabad est en provenance d’Amritsar, c’est donc un total dépaysement, car ayant passé tout ce temps dans une région la plus sacrée de l’hindouisme, me voici en direction d’une des capitales de l’islamisme et ancienne capitale Mogol, centre culturel, artistique, et culinaire du nord de l’Inde et ancienne rivale de Delhi. Ce serait également ici que l’intégration religieuse serait un exemple avec l’islam, l’hindouisme, les sikhs et les jaïns. Mon train, en provenance du Penjab et de la ville sacrée des sikhs, Amritsar semble donc un hasard propice a une arrivée cohérente avec cette ville que je fais découvrir. Turbans, voiles, keffiehs sont à présent les habits que je côtoie, mais les sourires, la curiosité et l’amabilité restent les mêmes. Autre gros changement en vue, l’alimentation, car Lucknow serait un des hauts lieux du Kebab et a une réputation culinaire de mouton et de poulet, je vais donc voir si je maintien ou non le régime végétarien que j’ai depuis le début de mon séjour ou si je transgresse…. Je pense que je vais transgresser, car vendredi je serais à Varanasi donc retour au 100% végétarien. Le climat devrait également s’adoucir, j’espère pouvoir abandonner vestes et pull-over et passer au t-shirt

Semaine 7 – Un jeudi à Lucknow

OK ça commence, je me lève de bonne heure et décide de partir à l’aventure, enfin à aller voir l’école de la Martinière, un emblème de la ville. Je trouve un vélo Rikshaw qui m’y emmène, je fais quelques photos et lui demande de me ramener, mais a ma surprise après 10 minutes il s’arrêtes et me demande de prendre un autre rickshaw, tout cela en Hindi que je ne comprends pas et lui ne comprends pas l’anglais. Je me retrouve donc à devoir payer 2 chauffeurs différents et a perdre un peu de sang-froid avec le deuxième et trouver de laide avec les voisins pour retrouver le bon chemin. Pour le reste de la journée j’avais déjà organiser un chauffeur a temps complet que je vais partager avec une Australienne pendant la matinée et je pense que c’est vraiment la meilleure option que de vouloir m’ aventurer seul dans une grande ville que je ne connais pas. J’en prends de la graine pour la suite de mes visites. Je passe le reste de la journée avec Sandra, et notre chauffeur Gottam qui nous fait la totale en terme de visite et dégustation des mets locaux et pour finir des emplettes d’huiles essentielles et un contact pris pour m’en envoyer par la suite ainsi que des huiles de massage de première qualité. Nous amenons Sandra a la gare, car elle part pour Agra, moi je me suis alors fait un massé c’était pas mal, mais pas top non plus puis retour a la guesthouse pour préparer mon départ matinal de demain pour Varanasi. J’aurais sans doute un petit blanc dans les communications, car je ne crois pas qu’il y aura du WIFI où je serais, mais il doit y avoir pas mal de cybercafés donc je devrais quand même pouvoir faire un petit coucou.

Semaine 7 – Départ de Lucknow pour Varanasi

Cette fois c’est en 2e classe AC que je fais mon voyage du jour, et c’est très bien. Le compartiment est constitué de couchettes avec oreillers, draps et tout le confort. Chaque place est attribuée, je n’aurais pas 12 personnes sur la banquette avec moi comme cela avait été le cas en 3e classe AC. Ici, les odeurs sont moins fortes et donc le voyage d’un peu plus de 4 heures devrait se faire sans peine.

Sinon j’ai un peu hâte de retrouver le Gange et découvrir Varanasi, ville très ancienne et ultra mythique. Ce qui est sur est que le Gange tout propre que j’ai laissé il y a un peu moins d’une semaine à Rishikesh sera plus sale et donc pas question d’y mettre le pied ou les mains.

vendredi 21 janvier 2011

Semaine 7 – Varanasi whaouu

Quelle énergie, c’est fou… nan

Et bien je suis sur le cul, arrivé en début d’après-midi, la circulation et la densité est hallucinante, mon Hotel sur le Gange nécessite y accès a pied et heureusement que j’avais demandé à être récupéré à la gare, car je n’aurais jamais trouvé sinon.

Des mon arrivé j’ai fait mon linge puis balade aux alentours de mon Hotel le long du Gange, sollicité de toute part, au bout de 30 minutes on s’y fait et j’évite les accolades et les discussions trop longues et j’arrive a m’en sortir s’en encombre. Je visite le ghat des crémations, et c’est la quantité de bois qui m’impressionne, je ne regarde pas le détail de ce qui brule, ni les buchers d’ailleurs, mais l’ambiance est particulière. Je me prends le pied gauche en plein dans une bouse bien fraiche et un Indien rigole en me voyant et me félicite de ce pied dans la merde fraiche, c’est sacré. Je déambule dans les ruelles c’est étroit, c’est sombre, c’est puissant, c’est pittoresque.

Je finis l’après-midi à la tombée de la nuit au chat principal pour la cérémonie du feu et là quel spectacle. Je pensais en avoir pris plein la vue et l’ouie à Haridwar et bien ici quel spectacle ! Donc super arrivée à Varanasi, demain j’ai l’intention de me lever pour le lever du soleil et une longue balade le long du Gange. Namaste, om shanti shanti shantiiiiii

samedi 22 janvier 2011

Semaine 7 – Varanasi & Sarnath Wouahhh

Cela se confirme c’est un endroit puissant. Je me suis levé de trop bonne heure, la grille de l’hôtel étant fermée je suis retourné à ma chambre faire du yoga ce qui a été génial, car d’une part il fallait que je m’y mette et d’autre part il était vraiment trop tôt pour partir. Je suis donc parti vers 6h et j’ai longé le Gange jusqu’à une des extrémités (mon hôtel est situé à peu près au milieu). C’est calme, les gens se lèvent et vont se laver et prier dans le Gange après avoir déféqué sur des Ghats dédiés à cela, et oui, tous les culs sont a l’air. Mais cela reste assez charmant, tout dépend de la direction du vent. Pas mal de sollicitations pour aller rejoindre 30 autres personnes sur des barques pour voir la ville à partir de l’eau, cela reste bonne enfant. Au bout j’ai visité le Temple de Durga qui est très très puissant tout rouge et dédié a la déesse qui tire la langue. Offrandes faites, point orange et rouge au front je prends un autorickshaw pour me rendre a Sarnath a 20 km de la ville ou Boudha aurait donné son premier discours après son illumination qui avait eu lieu a Bodh Gaya, ma destination lundi. Et bien très sympa, des temples de pas mal de pays bouddhistes, un site archéologique, et un stupa monumental. Une belle visite au monastère tibétain dont les murs du temple sont peints et sont sublimes. Une statue en cours de finition dans la partie Thaïlandaise est impressionnante par sa taille et le voile que porte Bouddha jusqu’à la finition de la statue. Je me suis ensuite fait raser la barbe et retour sur Varanasi. Le conducteur,de Rikshaw me dépose a l’autre extrémité de la ville, je parcours donc l’autre moitié des Ghats ou le linge est lavé pour toute la ville, tout comme les buffles et bien sur femmes, hommes et enfants, tout y passe.

Me voici de retour a la base je déjeune, mais l’alimentation n’est pas le point fort ici, je crois, mais bon il fait bon, je suis en terrasse et en débardeur. Je crois que je mérite une sieste maintenant.

Semaine 8 – Varanasi bye bye

Cet après midi je quitte Varanasi pour Bodh Gaya, mes derniers moments à Varanasi m’ont fait découvrir un temple de Shiva qui est un immense lingam (symbole phallique) puis un temple de hanuman vieux de 500 ans, le campus de l’université de bénarde et son temple de Shiva immense avec un intérieur en marbre blanc et des décorations peintes de style tibétain et des références a bouddha et pour finir un temple tibétain en bois avec des sculptures érotiques sur les bords du Gange. J’ai ensuite retrouvé à la gare un jeune babacool belge se prénommant Floris et que j’avais rencontré à la guesthouse à Lucknow et qui est également en route pour Bodh Gaya. Je le retrouverais donc sans doute sur place, car nous ne sommes pas dans le même wagon.

Semaine 8 – Bodh Gaya

Arrivé avec un petit retard, personne ne m’attendait sur le quai, mais au final j’ai eu un transport deux fois moins cher que ce que le centre de méditation tibétain où je reste devait m’organiser. Je n’ai pas pu voir grand-chose en pleine nuit, mais il y a l’air d’avoir des pagodes de partout. Le ‘Root Institute’ ou je séjourne est un centre de retraite et de méditation tibéto/américain, qui oeuvre également a aider les populations locales avec des soins médicaux et un focus sur le SIDA avec traitements pour les enfants et campagnes de prévention pour les locaux. Ils ont également des services médicaux généralistes et chiropratiques. Le logement est super propre, spartiate, mais très bien. Le lieu est un peu en dehors de la ville, mais il y a des vélos pour se déplacer apparemment. Ce matin je me réveille et découvre le jardin rempli de petit Stupa, une superbe statue de bouddha, des petits chalets d’habitations et une très belle pagode au centre ou j’ai assisté à la séance de méditation matinale avant de prendre mon petit déjeuner lui aussi spartiate. J’attends maintenant que la réception ouvre pour comprendre un peu plus le fonctionnement et commencer la visite des différents temples et monastères. Je ne suis pas bouddhiste ou tout du moins je ne suis pas un grand pratiquant de rites, prosternations et récitations complexes, par contre j’ai trouvé dans le yoga des pratiques simples, des récitations de mantra et bija tout aussi simple que j’essaye de pratiquer. À 1re vue le bouddhisme a de beaux principes, mais les rites sont un peu ‘too much’ pour moi, mais passer du temps a méditer ne fait pas du mal et je respecte totalement. Bien sûr leur art est sans pareil et le personnage bien réel du bouddha est une inspiration. C’est un peu pareil avec les hindous sauf qu’ils en ont des milliers de dieux et déesses, et je découvre là aussi des pratiques intéressantes. Toutes deux sont similaires dans leurs principes de base, tout comme le yoga et cela je pense en être proche et j’apprécie ce chemin de découverte de ma spiritualité et de mes croyances qui s’inscrit de plus en plus dans mon quotidien.

Cela se confirme, même si en effet le temple principal situé devant le bodhitree est très beau et fort, les rites sont un peu trop intenses pour moi, tout le temple est entouré de planches à prosternation sur lesquels des milliers de pratiquants glissent et prient, c’est très puissant, mais loin d’être un endroit calme. La statue du bouddha a l’intérieur est sublime parée de diamants et des moines distribuent de la nourriture aux visiteurs. D autres temples et pagodes sont situés tout autour du site principal et ils sont tous parés de dessins et de fresques magnifiques.

Je suis à vélo ce qui me permet de me déplacer facilement de site en site.

Semaine 8 – Direction Calcutta

J’ai donc quitté Bodh Gaya ou à part Bouddha il n’y a pas grand-chose à faire et malgré ce que l’on peut croire même si la religion bouddhiste est sans doute des plus tolérantes, les pratiquants ne sont pas aussi sympathiques que l’indien de base, j’ai même trouvé que au centre ou je séjournais comme en ville, les regards étaient fuyants et fixaient souvent le sol. J’ai rencontré le gars de l’émission ‘j’irais coucher chez vous” qui était en vadrouille avec qui j’ai discuté 5 minutes et qui m’a indiqué qu’il avait du mal à trouver des personnes qui le prendraient en charge. Ce matin départ de Gaya après un voyage en taxi ou la voiture a tapé la roue d’un vélo et a fait chuter le jeune garçon qui nous avait couper la route, heureusement plus de peur que de mal. À la gare j’ai pris le mauvais train, ah ah ah, mais le contrôleur n’était vraiment pas commode alors qu’il y avait de la place et je mettais d’ailleurs installé a celle que je croyais la mienne avant de me faire presque insulter par le contrôleur qui me traitait de fraudeur, il ma demandé de quitter son train à la prochaine station pour prendre le mien qui heureusement était encore derrière, mais qui devrait néanmoins arriver avant, car plus rapide, mais en fait non. L’erreur est que ce train portait le même nom que le mien, mais pas le même numéro et est arrivé en gare sur le même quai et à l’heure qui était indiquée pour le mien sur le panneau alors que le mien au lieu des 30 minutes de retard affiché, en a en fait 1h de plus, ce que je découvre sur le quai de la gare de koderma ou je me suis fait débarqué. Au moins c’est une petite gare paisible ou je me suis trouvé un endroit pour me poser et attendre paisiblement. En fait le train à eu 3h30 de retard, mais au final j’ai discuté avec deux hommes de Calcutta qui étaient venus faire un mariage et qui m’ont nourris de cacahuètes grillées et donnés quelques cours de Hindi et donc c’était mieux de passer ce temps dans une petite gare paisible que dans le brouhaha de la gare de Gaya. Me voici donc a bord et je partage le compartiment avec une Allemande qui avait séjourné au même centre que moi a bouddhaland, mais nous ne nous étions point vus là bas, quelle coïncidence 😉

Me voici arrive a Calcutta avec près de 5 heures de retard, mais la guesthouse house est charmante et c’est en fait plus un petit Hotel avec beaucoup de charme qui m’accueille pour ces 5 nuits/4jours dans cette ville.

samedi 29 janvier 2011

Semaine 8 – In LOVE avec Kolkata

Je ne sais pas par où commencer, mais je vais essayer. Tout d’abord on se terriblement bien dans cette ville, malgré sa taille on circule et cela klaxonne beaucoup moins qu’ailleurs et les taxis utilisent les compteurs donc pas d’arnaque. Les gens sont super sympa, surtout les classes plus pauvres qui vivent sur le bord des routes ou sous les ponts dans des bidonvilles assez propres et tous se lavent soit dans le Gange ou a même le trottoir ou des pompes a eau sont disponible tous les 100m. Il y a un côté chic également, mais cette ville semble très bien gérer la mixité et l’on se sent en sécurité avec des postes de police à tous les carrefours. Ma première journée a été passée à faire des emplettes de fringues et de tissus pour faire des fringues à Goa, car je n’ai pas le temps pour le faire ici. J’ai également passé pas mal de temps au bureau de poste pour envoyer un colis de fringues que je rapatrie suite à mes achats. J’ai terminé ma journée avec un cours particulier de Yoga au centre Vivekananda qui se trouve à côté de mon hôtel. Aujourd’hui, mon deuxième jour, je suis parti juste avant 6h pour le marché aux fleurs qui se situe dans un bidonville sous le pont principal de Kolkata, le Howrath. Et quel spectacle de couleurs et de sourires, et de fous rires et d’accolades et d’émotions. Demain j’y retourne, mais plus tôt, je suis tombé amoureux de ce lieu. Ensuite j’ai continué ma balade et assisté aux toilettes diverses et variées, car les commerces n’ouvrent qu’à 11h, les locaux se préparent donc pour la journée en se savonnant sur le trottoir dans la joie et la bonne humeur. Ensuite je suis parti au temple jaïn du nord de la ville qui est composé de miroirs et qui est un véritable bijou de marbre et de scintillements. Déjeuner Thalli local après une autre balade dans un marché de rue où la batterie de mon appareil photo a fini par dire STOP, car depuis ce matin je suis à près de 600 photos. Puis balade au marché central de la ville, un peu bof et dégoutant, car il y a les abattoirs en plein centre du complexe donc c’est dur à supporter, mais bon c’est comme ça et j’ai trouvé une Pierre d’alun qui est antiseptique pour les micros coupures en plus de propriétés asséchâtes (c’est utilisé dans les déodorants), par contre pas de vendeur d’herbes et de produits ayurvédiques, j’espère trouver ce qui me manque a Goa ou Gokarna le mois prochain. Demain je passe l’après-midi avec un militant local qui est à la tête dune ONG locale qui s’appelle Prajaak ( http://www.ashoka.org/node/3631 ) qui s’occupe des orphelins des gares, donc je pense que cela va être très intéressant de le rencontrer.

Semaine 9 – Kolkatta the end

Les deux derniers jours a Kolkata ont été l’occasion de rencontrer Deep qui m’a expliqué ce qu’il faisait avec les orphelins et enfants des gares et ses ambitions pour son ONG, cette rencontre a été très intéressante et m’a permis de comprendre les enjeux, mais également les us et moyens d’action qui existent ici. J’ai refait une visite très matinale au marché aux fleurs et pris encore beaucoup de photos et eu beaucoup d’émotions dans ce lieu très particulier. Une visite du temple de Kali, déesse protectrice de Kolkata a également été très émouvante avec près de 30 minutes de queue avant d’être poussé par les prêtres dans le temple et marqués au front du colorant orange qu’ils enduisent sur la statue. Au final je suis tout de même content de quitter la grande ville poussiéreuse, car j’ai vraiment envie de farniente et de plage et de me tremper dans l’océan, mais cette ville est très certainement un ‘must see & expérience’ de l’Inde urbaine et également une porte vers les régions du nord est (sikim et darjheiling) …

Langue / Language : frFrançais enEnglish

By | 2016-12-11T18:21:54+00:00 décembre 6th, 2016|Yoga_fr, Voyage|0 Comments

About the Author:

Leave A Comment

*